Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 08:40


Photo prise pas Sonia dans un de mes vieux livres


La Ballade d'éole

Juliette

   Lorsque je me sens las de jouer avec les vagues,
    Les roseaux de Camargue ou les fumées de Prague,
    Il m'arrive parfois, du haut de mon royaume,
    De compter tous les noms que m'ont donnés les hommes :
    Sirocco par ici, Tramontane à côté,
    Zéphyr un peu plus loin et ailleurs Alizés,
    Simoun ou bien Mistral, Aquilon ou Blizzard,
    Autant de patronymes exotiques et bizarres,
    Étranges inventions d'esprits à ras de terre,
    Comme s'il y avait des frontières dans l'air.
    Non, je n'ai pas de frères et c'est moi et moi seul,
    Des Rocheuses à l'Oural, qui souffle à fendre gueule.
    On me dit bise ou vent d'Autan.
    On me divise en vingt en cent
    Mais c'est en vain qu'on jase autant.
    Je suis le même Ouest ou le vent,
    Vent de l'instant ou vent d'avant,
    Vandale ici, là, vivifiant.
    Je suis unique et de tout temps.
    Je ne suis qu'un, je suis le vent.
   
    Je suis né bien avant que vos savants n'inventent
    Les voiles que je gonfle et, même, je me vante
    D'être ici-bas ce qu'on eût pu voir de plus vieux,
    S'il avait existé en ce temps là des yeux.
    Je survolais déjà les Andes et l'Aventin,
    Dévalais les avens, les vals et les ravins
    Bien avant que la pluie ne les ait fait verdir,
    Bien avant que la vie ne les ait fait fleurir
    Et c'est moi, je l'avoue sans offenser le Diable
    Et sa peau de serpent, qui me rendit coupable,
    D'une haleine fiévreuse, d'avoir soufflé à Ève
    L'idée qui l'évinça de son jardin de rêve.
   
    Vent de l'instant ou vent d'avant,
    Vandale ici, là, vivifiant,
    Je suis unique et de tout temps.
    Je ne suis qu'un, je suis le vent
   
    Et si j'oublie parfois les parfums enivrants
    Dont je me suis gavé, j'en ramène souvent
    Si loin de leur berceau qu'ils s'en viennent changer
    L'humeur et les pensées des quidams étonnés.
    Lorsque, dans les nuits chaudes de Bahia,
    Sans mobile apparent et malgré la samba,
    Un coeur soudain se glace, un sourire se brise,
    C'est que je traîne encore un soupçon de banquise
    Et quand, dans l'aube blême d'un hiver berlinois,
    En dépit des murs gris des flocons qui tournoient,
    Un émoi se réveille, une bouche fredonne,
    C'est que je m'en reviens des Indes ou de Vérone.
   
    Vent de l'instant ou vent d'avant,
    Vandale ici, là, vivifiant,
    Je suis unique et de tout temps.
    Je ne suis qu'un, je suis le vent.
   
    Mon empire est immense et recouvre le monde
    Mais, parfois, je me lasse de l'éternelle ronde.
    Alors, fou de tourner tout autour de ma boule,
    Je dévaste et je hurle, j'arrache et je chamboule
    Ou, plus vicieux, j'insuffle aux hommes ma démence
    Et, de leurs ouragans, je ricane en silence.
    J'attise un peu leurs feux et puis, calmé, je file
    À l'autre bout du globe en des lieux plus tranquilles.
    Là, j'oublie mes bravades, leurs braises et me fais brise.
    Je soulève la robe des belles que je grise,
    Ravivant en passant chez les passants ravis
    L'envie d'être le vent à qui tout est permis.
   
    On me dit bise ou vent d'Autan.




Quand elle se fait vent d'absence .......
Ce n'est que pour quelques jours......
Elle reviendra en bise légère, effleurer vos si jolis blogs.....
Et raviver le sien .....

Mais avant de partir telle une bourrasque......
Elle souffle le vent des Alizés qui transporte avec lui des tonnes de remerciements
à chacune d'entre vous.....
Un vent de plaisir, de joie et d'amitié chante à chacune de vos visites.

Mais aujourd'hui c'est le Mistral qui souffle chez moi pour

ELLE

Merci pour sa grande générosité, et sa disponibilité,
Grâce à elle j'apprends le Boutis.

Alors Merci Béatrice !!!!!!!

 
En premier je lui ai fait une fleur au coeur de bouton....




Puis sur un ruban, j'ai continué à coudre des boutons....




Et j'ai rajouté de la dentelle trouvée en brocante....




Et assemblé quelques tissus......




Rajouté un galon et des perles ....




Un étui à mouchoir agrémenté d'une plume....
Pour qu'elle vole au gré du vent ....




Un petit ensemble .....


A très vite, dès qu'un ouragan m'aura repoussé vers vous .....


Partager cet article

Repost 0
Published by Un Petit Air Rétro - dans Couture
commenter cet article

commentaires

angy 07/04/2009 17:55

encor un suberbe pochon

Kti 26/03/2009 21:08

Vent du soir...
JE pose une "bise" légère sur ta joue...
Merci de ton coucou...
Où en es-tu de ton boutis ?
Kti

Le Temps Retrouvé 24/03/2009 22:56

Quand le vent va t'il te ramener vers nous ?
Bonne et douce nuit.
Chantal

STEF ET SA BELETTE 24/03/2009 14:53

toujours autant de délicatesse dans ce que tu fais dans tes messages
merci de ce joli moment

labourgeoise 19/03/2009 14:22

tu nous manques... je m'inquiète, je pense fort à toi en tout cas... biz

Présentation

  • : Un Petit Air Rétro
  • Un Petit Air Rétro
  • : Pour un voyage ou le fil de l'imagination inscrit sur des pages de lin, des lettres de dentelles ....
  • Contact

***

Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. Ensuite, réveillez-vous calmement & allez d'un trait jusqu'au bout de votre rêve sans jamais vous laisser décourager.

Walt Disney.

Recherche

*****